Respect op De Lijn : papoter autour d’un brunch

Les relations entre les chauffeurs de bus et les jeunes des quartiers populaires d’Anvers sont parfois difficiles. Des discussions de comptoir y ont été consacrées et les colonnes des journaux en ont été remplies. L’asbl Objectif a tenté de remédier à cette situation, en collaboration avec les intéressés. Le but principal est de faire se rencontrer les deux groupes. De nombreuses activités ont été organisées ces deux dernières années : après-midi de bowling, match de foot, de ping-pong, de même que des jeux de rôle.

Le dimanche 22 novembre 2009, un brunch était organisé au centre De Wijk pour les habitants d’Anvers-Nord et les chauffeurs.

Inverser les rôles

Ce dimanche-là, un jeu de rôle était au menu, dans un bus garé non loin. Un jeune Marocain devient le chauffeur et dit à un des chauffeurs de De Lijn, temporairement passager : ‘Madame, voulez-vous bien avancer, s’il-vous-plaît ?’ Un passager, chauffeur dans la vie de tous les jours, ne voit pas diminuer la file d’attente à la montée et se plaint : ‘Ça va encore durer longtemps ?’ Tout ceci mène à des situations hilarantes, qui connaissent leur apothéose lors d’un trajet dans Anvers-Nord avec les chauffeurs et les habitants. Figurent également au programme : une courte promenade avec un guide africain, suivie d’un trajet en bus avec une scène de théâtre improvisée.

Propositions

Mais l’amusement n’est pas le but premier de ces rencontres. Il est de faire en sorte que les jeunes, les riverains et les chauffeurs apprennent à se connaître. Leur faire découvrir un univers ‘étranger’. Tordre le cou aux préjugés, racistes ou non. Et ce coup-ci, tant les jeunes que les riverains et les chauffeurs affluent. Une trentaine de chauffeurs et au moins autant d’habitants sont de la partie. Ce n’est toutefois pas le nombre de participants aux activités qui compte mais bien le fait que, par exemple, des jeunes en arrivent à dire à leurs amis turbulents : ‘Allez-y mollo, ce chauffeur est un mec sympa’.

Il peut aussi s’agir de mettre fin à des malentendus. C’est pourquoi un ‘speeddating’ a aussi été organisé : une discussion en groupe sous une tente berbère entre chauffeurs et habitants. Ainsi, par exemple, un jeune se plaignait de ce qu’un ticket coûte plus cher quand il l’achète dans le bus. Un chauffeur lui a expliqué que c’est une règle de De Lijn et non une trouvaille du chauffeur à l’égard d’un jeune dont la tête ne lui revient pas. Et le fait que les distributeurs de tickets soient souvent en panne est une plaie récurrente. Dans un autre groupe, une femme se plaint du comportement parfois impoli de certains jeunes dans les bus bondés. Toutefois, la journée se termine sur une note positive : les habitants et les chauffeurs sont agréablement surpris d’entendre que ces jeunes ont des ambitions et des rêves sérieux et sont prêts à travailler pour les réaliser. ‘Vous voyez qu’il existe aussi de bons jeunes … c’est très positif à entendre !’

Respect dans les bus à Bruxelles

Après le succès de la campagne ‘Respect op De Lijn’ à Anvers, l’asbl Objectif met sur pied un projet similaire à Bruxelles. Titre provisoire du projet : ‘Rendre la vie plus conviviale dans les transports en commun’.

Le but du projet est de renforcer la cohésion sociale et de rendre la vie en commun plus harmonieuse dans les quartiers de Bruxelles, en tentant de mettre sur pied un dialogue ouvert et des rencontres entre les jeunes, les habitants et les chauffeurs afin de créer une meilleure atmosphère dans les bus, trams et métros. A cette fin, il y aura une étroite collaboration avec la STIB. La commune de Molenbeek nous a semblé le meilleur endroit pour entamer ce projet. Vous en entendrez encore parler à coup sûr !

Comment vivre la diversité

Avec le projet ‘Respect op De Lijn’ à Anvers, l’asbl Objectif a acquis une certaine expérience en matière de projets à long terme centrés sur la diversité.

Vous souhaitez voir si un tel travail de longue haleine est à réaliser éventuellement au sein de votre entreprise ? Ou voulez-vous simplement plus d’informations ?

Prenez contact avec Eddy Maes en lui envoyant un e-mail.