Benedikt

Son engagement à Objectif a commencé après une victoire électorale du Vlaams Blok. « Je n'avais pas envie de continuer à regarder. Je voulais faire quelque chose. »

POUR QUELLE RAISON PRÉCISE AS-TU CHOISI OBJECTIF ?

Je me retrouve entièrement dans l'image de société que vise Objectif : l'égalité des droits pour tout le monde. L'acquisition de la nationalité, pour moi, ce n'est pas l'acquisition d'une identité culturelle mais surtout des droits civils égaux : liberté de mouvement, droit au travail, droit de vote, soins de santé… La lutte pour l'égalité des droits pour les personnes d'origine étrangère est comparable à la lutte des travailleurs ou à la lutte pour le suffrage universel. La passivité des partis démocratiques est un peu honteuse en la matière.

QUE PENSES-TU DE LA FORMULE DES PERMANENCES AVEC DES VOLONTAIRES ?

Aux permanences, j'entre en contact avec le monde. C'est incroyablement enrichissant mais parfois aussi assez dur. Le travail que nous effectuons avec Objectif en tant que volontaires aide les gens à aller de l'avant. La paperasserie belge n'est pas très conviviale et la législation est un réel embrouillamini, sans parler du fait qu'elle fait montre d'importants problèmes déontologiques. Les personnes qui viennent aux permanences ont surtout un important besoin d'informations et d'éclaircissements.

ET CE QUI EST MOINS BIEN ?

Il est vraiment dommage que nous ne prenions pas le temps de suivre les dossiers à plus long terme. Il serait intéressant de savoir comment cela se passe pour les personnes que nous informons. Mais Objectif doit se débrouiller avec des moyens très limités. Dans ce cas, il faut bien faire avec les moyens du bord.

QUEL EST POUR TOI LE RÔLE DES PERMANENCES DANS L'ENSEMBLE DE LA PROBLÉMATIQUE DE L'ACQUISITION DE LA NATIONALITÉ ?

Le rôle le plus important que jouent les permanences dans toute la problématique est celui de fournisseur d'informations. Les personnes qui viennent chez nous savent qu'elles obtiendront des informations claires, nettes et surtout correctes. En outre, elles savent également que nous ne leurs sommes pas hostiles et que nous nous consacrons à elles. Nous parvenons à leur rendre confiance et tout le monde, en fait, y trouve son compte.